Le fonctionnement réel du Linky.

Les quartiers sont alimentés en électricité par un transformateur qui peut fournir de l'électricité à plusieurs centaines voire un millier de foyers.

Sur ce transformateur sera installé le chef d'orchestre qui dirigera tous les Linky du quartier. C'est le concentrateur.

Pour la communication entre concentrateur et compteurs Linky, ERDF utilise un Courant Porteur en Ligne ( CPL ) pour le moment aux alentours de 80 kHz mais à terme jusqu'à 400 kHz.

Ces courants, superposés au 50 hertz du secteur sont à des fréquences proches des ondes des stations de radio comme RTL. Linky transforme donc tout le réseau électrique, non blindé, en antennes radio, y compris à l'intérieur des habitations.

On détecte une irradiation permanente. On peut donc en déduire que Linky n'envoie pas ses données en une seule fois par jour comme prétendu par ERDF.
Voir film Mesure du champ radiatif
ou Voir Irradiation 24 H sur 24 : La preuve à la portée de tous

Il est probable que tout fonctionne comme suit :

Le concentrateur envoie sur le réseau électrique une requête vers un compteur donné.
Cette requête circule partout sur tout le réseau dépendant du concentrateur jusque chez les habitants puisqu'il n'y a aucun filtre nulle part.
Le Linky concerné répond et envoie ses données sur tout le réseau y compris dans tous les domiciles de tout le quartier.
Le concentrateur interroge alors immédiatement le compteur suivant etc... et recommence toutes les 30 minutes.

Cela aboutit à un trafic de données permanent.

Le phénomène est aggravé par l'atténuation du signal par perte d'énergie à cause du rayonnement.
Au bout de 300 mètres, le signal doit être régénéré. C'est un Linky désigné par le concentrateur qui est chargé de répéter le signal.
Chaque signal peut être ainsi répété  jusqu'à huit fois pour atteindre 2400 mètres  (à la campagne, si les distances sont trop grandes, Linky fonctionne par ondes radio et non par CPL).
Vraisemblablement, les requêtes du concentrateur doivent elles aussi être répétées.

Exemple d'un transformateur alimentant 500 compteurs : 500 requêtes et 500 réponses répétées chacune 4 fois en moyenne, cela fait 4000 trains d'ondes en 30 mn, 130 en 1 mn, 2 par seconde. On comprend enfin pourquoi l'irradiation est permanente.

On notera au passage que si le signal CPL du Linky est capable de se propager interprétable jusqu'à 300 mètres, en aval et à proximité du compteur, l'irradiation est forcément forte.
On a interdit le wifi dans les crèches mais on veut soumettre les bébés à l'irradiation du CPL 24 H sur 24 dans leur berceau.
Voir Priartem dis moi tout (lien internet)

Voir sur oscilloscope le CPL du Linky  Mesuré sur le cable de neutre. A gauche le 50 Hz déjà pollué par la porteuse du CPL. A droite le signal CPL du Linky en action. (LDE = Linky Dirty Eletricity)

Dans le film Mensonge en direct, Bernard Lassus chef du projet Linky, montre que Linky est capable de détecter quel appareil ménager consomme quoi et quand.
ERDF souhaite désormais dissimuler cette fonction et ne donne donc aucune information sur son fonctionnement.
Il se pourrait que cela se fasse par CPL grâce aux puces électroniques qui, depuis dix ans seraient installées sur tous les appareils neufs ???
D'autre part, nombre d'appareils consommant pourraient être identifiés par leurs caractéristiques de consommation : courant de démarrage, cos(phi), périodicité d'utilisation, variations de consommation etc....

Par ailleurs et surtout, ERDF a prévu, d'accaparer le marché de la domotique avec L'ERL optionnel qui fonctionnera par ondes radio en Méga et Giga hertz. Une irradiation de plus pour les bébés.
Voir Fiche ERL  A ce jour, l'ERL ne serait pas encore opérationnel mais ERDF distribue des licences gratuites aux équipementiers pour qu'ils fabriquent des appareils "Linky Ready".


Enfin, les données sont transmises du concentrateur à ENEDIS par téléphone GSM. Troisième source d'irradiation permanente pour les voisins du transformateur.

Par ailleurs, le compteur Linky trangresse sur quatre points majeurs la norme électrique MFC 14-100  ce qui majore considérablement les risques d'incendie.